I servizi di consegna nella tua area potrebbero subire ritardi. Scopri le domande più frequenti sugli ordini durante l'emergenza Covid-19

Facon-poeme-autographe-jeunesse-juillet-temoin-80c40db0-13bf-47aa-97ce-0c2948a37154

Note Bibliografiche

- circa 1917-1918, 22,3x27,6, une feuille sous chemise et étui. - André Breton's bemerkenswertes Handschriftliche Widmungiertes Jugendgedicht, [nicht immer signiert] in schwarzer Tinte auf Bütten, [datiert] oder wohl komponiert um []. Gedicht aus der Hand des Autors kopiert, wahrscheinlich vor seiner Veröffentlichung [Kopf] in seiner ersten Sammlung, Mount of Piety , die im Juni 1919 im Verlag Au sans Pareil erschien, der von seinem Freund Rene Hilsum neu gegründet wurde . Die Gedichte von Mont de Piety , wesentliche Juwelen der bretonischen Jugend, entstanden in der Zeit von 1913 bis 1919, zwischen seinem siebzehnten und dreiundzwanzigsten Lebensjahr, als er im Herzen des blutigen Chaos der Erster Weltkrieg. Dieses sorgfältig von Bretons Hand mit schwarzer Tinte handgeschriebene Stück ist Teil einer Sammlung von handschriftlichen Kopien, die an seinen Freundes- und Schriftstellerkreis gerichtet sind, darunter Valéry, Apollinaire, Theodore Fraenkel und sein Waffenbruder André Paris. Die Gedichte der Sammlung wurden größtenteils später in literarischen Zeitschriften veröffentlicht ( Nord-Süd , Die Drei Rosen , Sonnenwenden ). Sie geben den bretonischen Meistern, denen er seine Gedichte Leon-Paul Fargue, Apollinaire, Gide, Vaché, Derain, Valéry, aber auch Reverdy widmet, eine Ironie. Sie sind sehr kurz und manchmal kryptisch, sie enthüllen das poetische Erbe des Autors, zu dem auch seine Korrespondenz mit den großen Figuren der zeitgenössischen Poesie und insbesondere Paul Valéry hinzukommt, der die junge Bretone faszinierte. Obwohl die Interpretationen zahlreich bleiben, gibt es keinen Zweifel durch diese Gedichte von der Filiation des Autors zu seinen großen Modellen wie Rimbaud oder Mallarmé, und seine Hälfte gehört zu einer Familie von symbolistischen Dichtern, die er noch will emanzipieren. Breton multipliziert die Kreuzanspielungen, widmet sich einem vom anderen inspirierten Gedicht und schwankt ständig zwischen "Frömmigkeit" und "Gottlosigkeit" gegenüber seinen "Göttern" der Poesie. Die Gedichte vom Berg der Frömmigkeit sind ein seltenes und wertvolles Zeugnis der Reise des Autors durch seine jugendlichen Einflüsse, am Beginn seiner Entdeckung des automatischen Schreibens und seines Festhaltens an der Dada-Bewegung. - [FRENCH VERSION FOLLOWS] Remarquable poème de jeunesse autographe d'André Breton, intitulé "Façon", 19 vers à l'encre noire sur papier vergé, composé en juin 1916. Notre manuscrit fut rédigé entre mars 1917 et le début de l'année 1918. Il servit d'inspiration à Louis Aragon pour céer l'alter-ego de Breton, Baptiste Ajamais, dans son premier roman Anicet ou le panorama.   Notre poème est présenté sous chemise et étui aux plats de papier à motifs abstraits, dos de la chemise de maroquin vert olive, gardes et contreplats de daim crème, feuille de plexiglas souple protégeant le poème, étui bordé de maroquin vert olive, étiquette de papier olive portant la mention "poème autographe" appliquée en pied du premier plat de l'étui, ensemble signé de Thomas Boichot. Poème essentiel de la période pré-dadaïste de l'auteur, il fait partie d'un ensemble cohérent de sept poèmes manuscrits de Breton (désigné sous le nom de coll.X. dans les Œuvres complètes d'André Breton, tome I de La Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1988, p. 1071). Ces poèmes, de sa graphie de jeunesse, sont soigneusement calligraphiés à l'encre noire sur papier vergé filigrané. Cet ensemble a été adressé à son cercle d'amis et d'écrivains, où figurent notamment Valéry, Apollinaire, Théodore Fraenkel, et son frère d'armes André Paris. Il fut par la suite publié dans son premier recueil, Mont de piété, qui parut en juin 1919 à la maison d'édition Au sans Pareil, nouvellement fondée par son ami René Hilsum. La datation précise de cet ensemble de poèmes autographes est déterminée par l'écriture du dernier poème de la collection (« André Derain »), composé le 24 mars 1917, qui offre un terminus post quem absolu. En outre, une version plus ancienne du poème « Age », dédié à Léon-Paul Fargue, figure dans notre collection sous son nom originel « Poème ». Daté par l'auteur du 19 février 1916 - le jour de ses vingt ans - et créé 10 jours plus tôt selon sa correspondance, il ne fut rebaptisé et remanié que pour sa publication en juillet 1918 dans Les Trois Roses. Selon toute vraisemblance antérieurs à la parution de ce dernier poème, les sept poèmes autographes furent probablement rédigés courant 1917 ou au début de l'année 1918, alors que Breton poursuit son internat au Val-de-Grâce et fait la rencontre décisive de Louis Aragon. Les poèmes qui constitueront Mont de piété représentent un rare et précieux témoignage de ses influences de jeunesse, à l'aube de son adhésion au mouvement Dada et sa découverte de l'écriture automatique. Assez brefs et parfois sibyllins, on y sent poindre des accents symbolistes empruntés à Mallarmé, qu'il redécouvre lors de matinées poétiques au théâtre Antoine, au Vieux-Colombier, en compagnie de son camarade de lycée Théodore Fraenkel. Durant le premier mois de la guerre, Breton se consacre également à Rimbaud, et se plonge dans Les Illuminations, seul ouvrage emporté dans la confusion et la hâte qui suivit la déclaration de guerre.  De ses lectures rimbaldiennes naquirent les poèmes « Décembre », « Age », et « André Derain », tandis qu'il emprunte à Apollinaire sa muse Marie Laurencin à qui il dédie « L'an suave ». Par ailleurs, l'héritage poétique de l'auteur sera particulièrement marqué par la figure de Paul Valéry, avec qui il entre en correspondance dès 1914. Valéry joue dans l'écriture des poèmes de Mont de Piété un rôle considérable par l'attention et les conseils qu'il prodigue au jeune poète. Admiratif de l'audace de son disciple, qui lui adressa chacun de ses poèmes, il apprécie le présent poème « Facon » en ces termes : « Thème, langage, visée, métrique, tout est neuf, mode future, façon » (Lettre de juin 1916, Œuvres complètes d'André Breton, tome I de La Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1988, p. 1072).  Ces fleurons incontournables de la jeunesse de Breton furent composés entre sa dix-septième et vingt-troisième année.  Surpris à Lorient par la déclaration de guerre, il devient infirmier militaire, puis officie dans plusieurs hôpitaux et sur le front pendant l'offensive de la Meuse. Il fait à Nantes la connaissance de Jacques Vaché, qui lui inspire un projet d'écriture collective, ainsi que l'illustration du futur recueil Mont de Piété, finalement réalisée par André Derain. La fréquentation de ce « dandy révolté contre l'art et la guerre », qui partage son admiration pour Jarry, et le contact des aliénés du centre neuro-psychiatrique de Saint-Dizier marquent une étape décisive dans la genèse du surréalisme. Affecté au Val-de-Grâce à partir de 1917, Breton trouve à Paris l'effervescence littéraire nécessaire à sa quête poétique et récite Rimbaud en compagnie d'Aragon. C'est par l'entremise d'Apollinaire qu'il se lie d'amitié avec Soupault, futur co-auteur des Champs magnétiques, et Reverdy, fondateur de la revue Nord-Sud, qui publiera des poèmes de Mont de piété. Les sept poèmes de la collection seront par la suite publiés dans des revues littéraires d'avant-garde (Les Trois Roses, Solstices, Nord-Sud) entre 1917 et le début de l'année 1919. Quatre des sept poèmes furent dédiés aux maîtres et amis de l'auteur : Léon-Paul Fargue, et surtout Apollinaire, à qui Breton avait consacré une étude dans l'Eventail. L'auteur rend également hommage à Marie Laurencin et André Derain, créateurs "d'oeuvres plastiques encore toutes neuves, en butte à un décri et une intolérance presque unanimes", chères à Breton tout au long de sa vie (XXe siècle, n°3, juin 1952). Il multiplie avec ces dédicaces les allusions croisées, dédiant à l'un un poème inspiré par l'autre, à l'exemple de « Décembre », dédié à Apollinaire, qui fait écho à Rimbaud et son poème « Aube » (Les Illuminations, 1895).  C'est à la suite de ce poème et des mots « batiste : A jamais ! » (v. 17) qu'Aragon créa, par le procédé du vers holorime si cher aux futurs surréalistes, le personnage et alter ego de Breton « Baptiste Ajamais » pour son ouvrage Anicet ou le panorama.  Le poème fut composé à Nantes au début de juin 1916, l'année des vingt ans de l'auteur, qui est alors affecté avec la classe 16 depuis juillet 1915. Comme la plupart des autres poèmes qui formeront son recueil Mont de piété, Breton le soumet à la critique de son bon ami Paul Valéry (« ayez, Monsieur, le soin de châtier ce poème », lettre du 9 juin, Œuvres complètes d'André Breton, tome I de La Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1988, p. 1070), qui décèle immédiatement la nouvelle « Façon » de son auteur et le couvre d'éloges. Breton impose à l'alexandrin l'apparence du vers libre, brisant son rythme austère sans pour autant abandonner tout à fait le vers classique : « L'attachement vous sème en taffetas broché projets, sauf où le chatoiement d'ors se complut. que juillet, témoin fou, ne compte le péché d'au moins ce vieux roman de fillettes qu'on lut ! »  Eprouvant la forme rigide de l'alexandrin dans la première strophe, il démantèle dans la deuxième le vers de onze syllabes, et dans la troisième celui de treize. Breton s'affranchit des règles poétiques de ces prédécesseurs, et placera par la suite le poème comme une enseigne en tête et en italique de son premier recueil. Les allusions abondent, marquées par la vogue des « Façons » - les élégantes toilettes des dames, distraction bourgeoise des affres de la Première Guerre mondiale.  Il évoque ce soudain engouement dans son épigraphe « Chéruit », prestigieuse maison de couture de la place Vendôme, et dans « l'éclatante Cour Batave », magasin de mode qu'il a vu exploser sous l'obus de la grosse Bertha.  Ce poème fit l'objet d'une publication ultérieure dans Les Trois Roses, n°3-4, août septembre 1918. Audacieux et rarissime manuscrit de la jeunesse d'André Breton offrant une préfiguration du renouveau surréaliste qu'il imposera à sa poésie.   

Tempi e Costi di spedizione

Costi per spedizioni in Italia

Tipologia Tempo di consegna Costi Contrassegno
Express Consegna in 2 - 3 giorni lavorativi 16,90 No
Standard Consegna in 7 - 15 giorni lavorativi 19,90 No
Tempi di consegna: Calcolati a partire dalla conferma di disponibilità da parte del libraio.
Contrassegno: è possibile pagare in Contrassegno solo se tutte le librerie nel Carrello accettano tale metodo.
Oneri doganali: Se il tuo ordine dovesse essere controllato in dogana, si potrebbero verificare dei ritardi nella consegna. Se richiesti, gli eventuali oneri doganali saranno a tuo carico.